Vous êtes ici
Accueil > Agenda > Les temps forts du festival Travelling Tanger

Les temps forts du festival Travelling Tanger

Le festival de cinéma met le cap sur Tanger (Maroc). Au programme, projections internationales et rencontres avec les cinéastes marocains. Et aussi, le cinéma de l’Ouest et le numérique.

Découvrir le cinéma marocainLe festival Travelling braque ses projecteurs sur Tanger et le cinéma marocain. « Porteuse d’imaginaire, Tanger a suscité de nombreux films », rappelle Fabrice Bassemon le directeur de Travelling.Ville internationale des années 1920 à 1950, ville de la beat generation et aujourd’hui celle de cinéastes qui se penchent sur une réalité moins exotique.Le festival proposera une rétrospective sur le thème « Tanger, la blanche » allant du Voleur de Tanger à La vengeance dans la peau, une compétition de courts-métrages et des portraits de cinéastes marocains alliant projections et rencontres.

Rencontrer les cinéastes tangéroisSix réalisateurs tangérois rencontreront les spectateurs ou animeront des master class. On connaît Nabil Ayouch, dont le film Much loved a fait scandale, au point d’être interdit au Maroc. Moins Moumen Smihi, philosophe de formation, passé par l’Idhec (Institut des hautes études cinématographiques), qui a consacré une trilogie sociale à Tanger.Leïla Kilani, journaliste indépendante est auteure de documentaires remarqués comme Tanger, le rêve des brûleurs.Hicham Lasri, le trublion du cinéma marocain, filme, peint, écrit et revendique sa culture pop. Ses films sont à son image, poétiques et insolents.Faouzi Bensaïdi, plus connu comme acteur, est aussi réalisateur. Il incarne, lui aussi, cette génération de cinéastes qui naviguent entre la France et le Maroc.

Douze films en avant-premièreUne série de films seront présentés en avant-première au TNB et au Gaumont, à Rennes, en présence de l’équipe du film.Parmi les coups de cœur de Fabrice Bassemon, Orpheline, d’Arnaud des Pallières, avec un casting de rêve, Adèle Haenel et Adèle Exarchopoulos, qui retrace le parcours de quatre femmes.Ou le film de clôture, Chez nous, sur la montée de l’extrême droite dans le Nord, qui sera projeté en présence de Lucas Belvaux et Émilie Dequenne.

Cap à l’ouestOutre un programme de courts-métrages de l’Ouest, La société brestoise d’Olivier Bourbeillon Paris-Brest production aura carte blanche. Un programme sera consacré à Jean Fraysse, qui a filmé son île Logoden. Elle avait accueilli le tournage d’Alain Resnais Mon oncle d’Amérique. Ou encore le Nantais Michel Body, précurseur de l’enseignement du film d’animation.

Concerts et ciné-concertsCinq ciné-concerts sont programmés. À noter, Carnival of souls, film fantastique culte mis en musique par Invaders, dont le clavier de Dominique A, David Euverte. Des créations jeune public comme Lumières d’Ellie James et le concert audiovisuel Pick’orama. Ou encore le web-documentaire Quand la mer monte, suivi d’un ciné-concert de Wonderboy. Chaque soir un concert aura lieu QG du festival, à l’étage du Liberté.

Un programme junior

Un jury junior parrainé par l’imaginatif auteur d’animations Paul Cabon décernera l’Éléphant d’or qui couronne les projections de films pour enfants accompagnées par des professionnels du cinéma.Cinéma et numériqueUne journée sera dédiée à la rencontre entre jeux vidéo et cinéma. Une journée « machinimas » permettra de réaliser des courts-métrages à l’aide de moteurs graphiques. Un jardin de la réalité virtuelle sera mis en place au pôle numérique de l’université de Villejean. Conférences et ateliers sont aussi prévus.

Du 7 au 14 février, dans les cinémas de Rennes métropole. Tarifs : 4 à 7 € la séance. Carnet 5 places 25 €. Pass 45 €, jeune 15 €.

 

source : Ouest France

Admin
Rédacteur en Chef
http://amisalgerie.com/

Laisser un commentaire

Top
%d blogueurs aiment cette page :